Choisir et dimensionner sa pompe

49 Commentaires

  1. Daniel

    Bonjour,

    Et grand bravo pour ton site ! L'aquaponie me tente, mais dans des conditions moins faciles que celles que tu as exposées : j'ai un bassin de pleine air, et depuis plusieurs années, l'eau est transparente comme de l'eau de source, malgré les déchets vaseux qui s'accumulent au fond ; en effet, une pompe envoie l'eau dans un bac situé plus haut, redescend dans un deuxième bac, puis un troisième avant de retomber dans le bassin où vivent surtout des poissons rouges qui se reproduisent et passent des hivers plus ou moins froids, sans problème.

    Dans les bacs, tu as compris : j'avais installé des plantes, genre roseaux sauvage, ajoncs, etc… qui ont au fil du temps créé un réseau compact de racines… Après avoir lu tes articles et ton ouvrage, je me suis décidé, ce matin, à enlever cette flore dans le but de la remplacer par des plantes comestibles ; j'ai été surpris de trouver des vers de terre, en belle quantité, vivant dans les racines pourtant immergées ! Mais très vite, bien sûr et c'est normal, le bassin du bas a perdu sa clarté.

    Voici ma question ; la profondeur des bacs "de rétention" est de 30 cm pour le premier, de 20 cm pour le second et de 15 cm pour le troisième et dernier ; compte tenu de leur surface, je vais me ruiner en billes d'argile ! Crois-tu que je pourrais combler le fond des bacs avec des pierres, des graviers ou autres, avant d'y placer des billes ? Ou aurais-tu une autre astuce ?

    Merci d'avance pour ta réponse ou celle de tes lecteurs qui auraient suivi ce schéma!

    Amicalement,

    Daniel

    Réponse
    • Greg

      Bonjour Daniel,

      Aucun problème pour utiliser des graviers…. qui sont beaucoup moins chers que les billes d’argile. Évites des graviers trop calcaires qui peuvent poser des soucis de pH. Tu ne donnes pas de surface, donc il est difficile de se faire une idée…
      Autre chose, si l’eau est claire et sans algues, c’est que la densité de nutriment est faible. Si tu commences à vouloir développer les plantes comestibles, il faudra intensifier un peu en nourrissant les poissons. Et du coup probablement protéger le bassin à poisson du soleil direct, tu risques d’avoir trop d’algues sinon. Ton bassin du bas s’est probablement obscurci parce que tu as tout remué, ça va s’éclaircir vite à mon avis. Tu as l’air d’avoir une très bonne base pour expérimenter…N’hésite pas à poser d’autres questions si besoin.

      Cordialement,
      Greg

      Réponse
      • Greg

        Réponse de Daniel  (par mail) je vous encourage à poster plutot en commentaire, tout lemonde en profite :

        Bonjour Greg,
        Merci pour ta réponse ; je vais mettre mon projet à exécution, en utilisant des grèves et des pierres pour réhausser mes fonds de bassins et les rendre utilisables en aquaponie.
        Des algues ? oh, si, j’en avais et j’en ai encore : des longues et filamenteuses, mais beaucoup moins dans le bassin du bas (où se trouvent les poissons) que dans ceux du haut qui servaient de filtration.
        Je laissais les poissons trouver eux-mêmes leur nourriture dans la végétation du bassin, et de temps en temps seulement, je leur donnais de la nourriture sous forme de flocons du commerce, ou des vers de terre.
        La surface est difficile à évaluer ; disons à la louche que le bassin à poisson de forme d’une sorte de haricot mesure 4 m², le premier bac du haut mesure 0,75 m², le deuxième 1,20 m² et le troisième 0.50 m².
        Je prendrai des photos que je t’enverrai.
        Mon seul souci aujourd’hui est le débit de ma pompe, je crains que le jet de sortie soit trop puissant… j’essaierai d’y placer un robinet de réglage pour en adoucir le débit…
        Bonne journée !
        Daniel

         

        Réponse
        • Greg

          Daniel,

          Je ne sais pas ce que tu appelles des grèves. Je te conseille plutot de faire tout en gravier rond diamètre 10-20 ou approchant. C’est peu onéreux chez le fournisseur en matériaux du coin. Tu peux en général te faire livrer en big bag (de gros sacs de 1m3). Cela donne une grande surface aux bactéries nitrificatrices pour s’accrocher, et offre une belle perméabilité à l’eau…Et le jour du prochain nettoyage s’il doit arriver, ce sera beaucoup plus facile. 15 à 30 cm de profondeur c’est parfait pour faire des lits de culture.

          Important, le niveau haut des graviers doit dépasser le niveau d’eau afin qu’ils restent secs en surface, limitant les algues indésirables.

          Tu peux lancer sans nourrir les poissons et tu aviseras. Mais si tu veux plus de légumes, il faudra nourrir plus les poissons… Vu les surfaces que tu donnes, il ne faudrait pas moins de surface de culture, donc ne pas trop nourrir non plus, ajuster graduellement plutôt. Je peux te faire un calcul de biofiltration si tu m’en dis plus sur la quantité de poissons en présence.

          Avec plaisir pour les photos. On peut faire un petit article sur ton système qui ne manquera pas de fonctionner si tu veux.

          Pour le débit de ta pompe, ce n’est pas du tout un souci, c’est plus d’oxygénation ! Contraindre le débit serait néfaste pour ta pompe. Tu peux soir répartir le flus assez simplement avec un système d’aspersion simple dans ce genre là, ou faire un retour vers le bassin à poisson directement qui augmentera d’autant le taux d’oxygène dissous dans l’eau. Tout le système en bénéficiera.

          Voilà pour mes conseils… A bientôt!

          Réponse
  2. pierre

    bonjours

    j'habite xhoffraix je viendrais vous rendre visite un de ces jours

    je me pose quand meme la ques tion de savoir ce qu'il y a dans vos legumes parcequ'en fait dans la plus part des sites de culture bio on n'arrete pas de parler d'azote, or le trop d'azote se transforme en sulfite qui est toxique

     

    Réponse
    • Greg

      Bonjour Pierre, merci de réagir.
      Je ne comprend pas bien vos interrogations.
      ” trop d’azote se transforme en sulfite” ?
      Les sulfites sont des dérivés de souffre, antioxydants, présent dans de nombreux aliments pour ses propriétés de conservateur (vin, bière..) . Ils sont allergènes pour certaines personnes (courant dans l’intolérance au vin). Comme pour toute substance, c’est la dose qui fait le poison.
      Les composés azotés sont une autre chose…. On se concentre beaucouop sur eux en milieu aquatiques, car ils peuvent prendre plusieurs formes (ammoniac, nitrites, nitrates) selon qu’ils sont plus ou moins oxydés, et certaines de ces formes sont toxiques pour les poissons et relativement inutiles aux plantes. Leurs proportions respectives sont également un bon indicateur de la santé du système. Je dois faire un article là-dessus… lorsque suffisamment de gens auront démarré, nous parlerons plus de pilotage du système.
      La concentration en nitrate (qui est consommé à mesure par les plantes) de mon système tourne en moyenne à 5ppm soit 10 fois moins que la limite autorisée dans l’eau potable en France et en Europe.
      Vous avez raison de prendre ceci au sérieux. J’estime pour ma part qu’il n’y a pas de problème en l’espèce.
      La surfertilisation à coup d’engrais minéraux dans les potagers me parait largement plus risquée.

      Dans quel contexte dites-vous qu’il y a interaction entre nitrates et sulfites ? Il serait intéressant d’en savoir plus.
      Connaissez-vous un moyen de tester les légumes à un coût raisonnable ?

      Bien cordialement,
      Greg

      Réponse
  3. VOISIN

    Bonjour, votre système m’intéresse mais est ce envisageable dans un tout petit jardin (5m/3m) ? Une partie est ensoleillée (en été 6H par jour, en hiver rien du tout), une partie est complètement à l’ombre donc favorable pour les poissons. Le tout entouré de murs; le lieu : le Var.
    Ma question : si je mets les poissons à l’ombre sur le mur Nord, je peux mener les tuyaux sur les plantes fixées sur les murs Est et Ouest; pour ramener l’eau dans le bac à poissons suis obligée de passer sous terre pour des raisons d’espace, de ce fait le tuyau en revenant aux poissons va se trouver à la base du bassin, est-ce un problème ? Sinon, je devrais enterrer très profondément mon bassin et je ne pourrai pas le ferai pas : trop de risques. Votre partage est vraiment généreux, merci.

    Réponse
    • Greg

      Bonjour VOISIN!
      Pas de souci pour ramener vos tuyaux par le fond du bassin tant que le niveau des bacs de plantation est supérieur au niveau du bassin. C’est le principe des vases communicants.
      Vous pouvez aussi enterrer la canalisation et la faire remonter juste à côté du bassin, afin que l’eau tombe en cascade dans le bassin. Le bruit est reposant, et l’eau en sera d’autant plus oxygénée, ce que vos poissons apprécieront.

      Réponse
  4. Winter M

    Bonjour,
    Merci pour le partage de ton expérience.Comme Daniel j’ai fait un bassin (35m3) il y a une quinzaine d’années, mare naturelle
    filtrée par les plantes dans des bacs à gravier et pouzzolane, joliment planté et décorative.
    J’y avais installé des esturgeons qui ont cohabité avec enfants durant les baignades.
    Le projet actuel est, comme celui de Daniel, de le connecter à des bacs de cultures bio.
    A l’époque je buttais déjà sur l alimentation des poissons. A part les granulés du commerce qui ne sont pas *bio* il était difficile de trouver une alimentation cohérente.
    As-tu des idées ou un recul sur des essais d’alimentation bio et localement produite pour poisson?
    Le rêve étant de boucler la boucle alimentaire localement et de façon naturelle.
    Merci à Greg pour tes conseils

    Réponse
    • Greg

      Bonjour Winter,
      Félicitations pour ton installation existante, ça doit être superbe. Il est forcément possible d’ajouter des bacs de culture…
      Pour l’alimentation naturelle autoproduite, c’est le Graal… Je compte travailler là dessus à partir de l’automne. Il y a plein de pistes, mais je n’ai personnellement pas d’expérience là dessus, à part les excédents de vers de mon lombricompost, qui étaient un met de choix pour mes truites au printemps….
      A bientôt, je sûr que nous reviendrons sur ce thème !
      Greg

      Réponse
  5. AIMEDIEU

    Auriez-vous des sources sérieuses qui permettent quant au rendement global du système (protides + lipide + glucide) ? Et savez-vous si des expériences d’autarcie complète ont été tentées (théoriquement d’autant plus possible en réintroduisant dans le circuit toutes les déjections des humains et leurs animaux que peut s’y ajouter l’azote fixé par les légumineuses). Me semble avoir entendu parler de quelque chose comme ça en Chine mais sans me souvenir s’il s’agissait d’expérience ou de projet. Merci par avance pour votre réponse. Et bravo pour le sérieux de votre approche.

    Réponse
    • Greg

      Beaucoup d’expériences ont été tentées…. La réponse est forcément un peu compliquée…
      Quelques éléments de réponse :
      – il n’y a pas de sources sérieuses en langue française à ma connaissance. Le système le mieux documenté est présenté ici, mais il est plutot à vocation commerciale
      – l’essentiel de la production réside dans les végétaux…
      – l’autarcie complète ne me semble ni facilement atteignable, ni forcément souhaitable…

      Une chose est sure, aucune d’éjection d’animal à sang chaud (bovin, équin, humain…) ne s’approche de mon système, et JE VOUS LE DÉCONSEILLE FORMELLEMENT (désolé d’avoir crié ;-)) !!!

      Certaines bactéries pathogènes du genre E.Coli pourraient sous certaines conditions trouver en votre système un milieu favorable pour se développer…

      Cordialement,

      Greg

      Réponse
  6. Penel

    bonjours, comment se procurer des alvins de truites, merci .Pistou

    Réponse
    • Greg

      Chez un pisciculteur pour les comestibles, les animaleries ou magasins d’aquariophilie pour les autres…

       

      Réponse
  7. Samuel Martin

    Bonjour,

    Merci pour votre article.
    Contrairement à l’ensemble des commentaires précédents je vais expérimenter l’aquaponie en version très réduite / voir ridicule. C’est à dire dans mon appartement de 70 m².

    Voici la liste des éléments dont je dispose déjà:

    – Pompe Newjet – Nj 400 ( 120Lh/ 400L/h)
    – Pouzzolane 25L
    – Gardon dans l’immédiat voir truites dans quelques mois.
    – Verre de terre du lombricomposte (je le pratique depuis 6 ans), j’ai donc un bon stock.
    – Mouche Soldat noir (en cours de livraison)
    – Evacuation siphon simple.

    Je souhaite l’utiliser uniquement sur différentes plantes aromatiques (Exemple 10 pieds max).
    Etant neophythe quelle taille / profondeur bac dois-je prendre pour un tel projet. Je parle du bac poisson et du bac de culture ?

    Y a t’il un risque d’odeur avec le bac poisson ?
    L’apport de lumière est t’il nécessaire pour les plantes ?
    Un filtre es t’il obligatoire devant la pompe ?

    Niveau poisson pour l’instant je reste sur le gardon et la truite c’est ce qu’il me semble le plus adapté aux température de mon appartement (17.5 et 19.3°C) et le plus facile à trouver., est-ce un bon choix ?

    Merci d’avance.

    Réponse
    • Greg

      Bonjour Samuel,
      On peut faire de tous petits systèmes d’aquaponie, mais ils sont naturellement plus instables, surtout au début.
      C’est très bien de commencer avec des plantes aromatiques.
      Pour la taille des bacs :
      Disons 40-50 litres pour le bac de culture, profondeur environ 20 cm, et 30 à 50 litres pour les poissons, selon ce que vous trouvez. En matériaux alimentaires. Tu peux voir pour ça mon article sur les matériaux adaptés.
      Odeur du bac à poissons ? Pas plus qu’un aquarium, c’est à dire non.
      Apport de lumière pour les plantes ? C’est capital, les plantes ne peuvent pousser sans. Devant une fenêtre ou baie vitrée, ça peut marcher.
      Filtre ? Pas nécessaire, le substrat fait le boulot. De plus ta pompe peut prendre une certaine taille de particule.

      Gardon ou truite en appartement et avec un micro bac à poisson… non pour la truite. Je te conseille plutôt de commencer avec des poissons rouges plus robustes si possible.

      Enfin, la température stable d’un appartement est plutôt un atout.

      Voilà, tu peux continuer à explorer le site, tu trouveras surement d’autre réponses à tes questions. N’hésite pas à nous faire un retour sur tes réussites ou échecs!

      Cordialement,
      Greg

      Réponse
      • Samuel Martin

        Merci pour ta réponse.
        Je me tourne donc vers des poissons rouges. Je ferai un retour d’expérience dès que possible.

        Réponse
  8. Samuel Martin

    Où trouve t’on de petit kit de contrôle de la qualité d’eau et est-ce utile ?

    Réponse
    • Greg

      Dans tous les magasins d’aquariophilie et autres animaleries. Y compris sur le net.
      Et oui, c’est utile, surtout au début pour comprendre ce qui se passe lorsqu’on est en train de cycler le système.

      Réponse
  9. verrier

    Bonjour et bravo pour votre projet. Concernant la pompe, elle ne fonctionne pas en continu avec le puisard et démarre que lorsque celui est rempli avec un dispositif adapté?

    Réponse
    • Greg

      Bonjour,
      Il y a plein de configurations possibles! Pour mon système personnel, la pompe tourne en continu. On peut aussi mettre la pompe sur un programmateur.
      Ou utiliser un siphon automatique auquel cas la pompe tourne en continu.

      Réponse
      • Ali

        Slt donc la pompe ne se étain pas .ou pas of?

        Réponse
  10. Jean-Claude

    Bonsoir Greg. J’ai parcouru presque tout et relu les très intéressant commentaires. Je m’interroge sur l’alimentation des bacs de culture. N’est-il pas préférable de placer la pompe dans le bac à poissons plutôt que de les alimenter par débordement de celui-ci? Je suppose que les déjections des poissons seraient mieux évacués et ne s’accumuleraient pas sur le fond?

    Réponse
    • Greg

      Bonsoir jean-Claude,
      Bien sûr, on peut!
      Cependant, l’autre solution, pompe hors bassin à poissons, a un avantage de taille : en cas de défaillance quelconque de plomberie, de bouchage de tuyau (si si, ça arrive…), le bac des poissons reste toujours plein! Nos plantes peuvent se passer quelques heures d’eau sans problème, les poissons déjà beaucoup moins…
      Pour les déjection, pompe ou pas, l’évacuation des déjection est toujours imparfaite. Il existe des astuces, une bonne idée d’article à venir tiens!
      A bientôt
      Greg

      Réponse
  11. Touré Diouma

    Bonjour je désire expérimenter l’aquaponie au Mali, où il y a trop de soleil problème d’électricité que peut on faire comme précaution pour y parvenir. Toues les bonnes idées sont les bienvenues merci.

    Réponse
    • Greg

      Bonjour Touré,
      Vous avez trop de soleil : il faut utiliser des structures type arceau de serre, et y poser un voile d’ombrage. Cela peut aussi aider à tenir les insectes à l’extérieur.
      Il est nécessaire d’avoir une alimentation électrique fiable pour faire de l’aquaponie. Cela passe par des panneaux solaires + batteries pour vous ! Le handicap du trop de soleil devient un avantage.
      La consommation d’un système aquaponique peut être très faible, du coup l’installation solaire peut être de taille modeste.
      Cordialement,
      Greg

      Réponse
  12. Miss choco

    Bonjour, je suis aussi tentée par l’aquaponie. Je pose peut-être une question bête mais il faut une pompe à air ou une pompe à eau?

    Bien cordialement,

    Miss choco

    Réponse
  13. stef

    Bonjour Greg, sympa votre site, et l’aquaponie me tente vraiment. Je vois que vous élevez des truites. C’est un poisson qui a besoin de beaucoup d’oxygène et de courant. Est-ce obligatoire de produire un courant, avec une hélice par exemple, ou la pompe est-elle suffisante pour générer un courant ?

    Réponse
    • Greg

      Bonjour Stef,
      Je n’utilise que le débit d’alimentation du bac à poisson (rond) pour créer un courant. Et les demoiselles sont en pleine forme en ce moment!
      C’est un peu plus difficile de créer un courant dans un bac carré…

      Réponse
  14. Clément

    Bonjour, je découvre grâce à vous l’aquaponie que je connaissait que très vaguement jusque là. J’ai dévoré tous vos article ainsi que les commentaires qui suivent. J’ai très envie de me lancer.

    Je suis dans le sud de la France et j’aimerais élever des truite, la température estival de mon future bassin m’inquiète et j’envisage une solution sur laquelle j’aimerais avoir votre avis:
    Il s’agirait de surdimensionner mon bassin à poisson, faire 6000L de bassin pour seulement 2000L de volume de bassin de culture. Ce bassin à poisson serait dans une cabane en pierre qui est à l’ombre à 20 mètres de ma serre. je ne mets pas plus de poissons que si j’avais seulement 1000L.
    Mon interrogation principale concerne le renouvellement de mon bassin de 6000 litres: 1foi par heure même si la densité de poisson est très faible? ou le renouveler en 6h (1000L/h) serait-il envisageable quitte à ragouter des bruleurs?
    Je ne suis pas sur le réseau EDF et mes panneaux solaires ne sont pas assez conséquent pour assurer un tel pompage.
    Le noir total est il un souci pour les poissons?
    Si ce système est (trop) efficace une eau trop fraiche nuirait à mes plantations?

    Merci pour toutes ces information et aussi pour les prochaines!
    Clément.

    Réponse
    • Greg

      Bonjour Clément,
      C’est pas évident comme ça.
      La température d’eau du système reste assez homogène. Tu devrais réussir à faire baisser l’ensemble en ombrageant le bac à poisson.
      Par contre tu vas devoir rajouter de l’aération (bulleurs), et nettoyer régulièrement le fond de ton bac, les faibles flux ne permettant probablement pas d’évacuer correctement les solides.
      En minimisant les hauteurs d’eau à relever, tu peux rester sur des consommation d’électricité très basses.
      Une température d’eau de 18°C en été (donc relativement fraîche) est idéale pour la plupart des plantes potagères…
      Le principal problème à augmenter le volume du bac d’élevage en gardant la même quantité de poissons est qu’il va falloir un pas mal de temps pour que les nutriments des plantes montent en concentration dans l’eau… Donc salades au début, plantes à fruits quelques mois plus tard…

      Cordialement,
      Greg

      Réponse
  15. Manu

    Bonjour,

    Voilà deux ans que je me suis bricolé un petit systhm aquaponic sans prétention mais qui tourne bien.

    Un bac de 250 litre ac des carassins, poissons rouge,une perche, et parfois d’autres selin arrivage. ( je suis pecheur). Environ 15 poissons maxi.

    Mon bac de culture est peu profond, 15 cm, bille d’argile. J’y ai mis de la menthe des abricotiers, avocats, persil, ciboulette, des salades à couper.

    Le tout est situé dans une sorte de pièce abritée avec un toit transparent. L’exposition n’est pas idéale, les plante tigent beaucoup mais poussent tres bien.

    Cependant j’ai plusieurs petits problèmes. D’abord, j’ai de la mousse verte qui recouvre mes billes.

    Mais surtout, j’ai bricolé un autosyphon avec les moyens du bord, il fonctionne à merveille mais inconvénient, son débit est relativement faible.

    De ce fait j’utilise des petite pompes d’aquarium. Mon problème c’est que le débit de ces pompes tend à diminuer rapidement. Je suis constamment obligé de manipuler (baisser monter, eteindre ralumer) pour relancer le débit. Au bout d’une 10 aine d’heure, ca tombe au goute à goute, voire à sec.
    En plus de cela, je m’aprete à acheter ma troisième pompe! Je pense que le pompes que j’utilise supportent mal les particules en suspention.

    Les particules en suspension sont d’autant plus n’ombreuse que j’utilise une grosse pompe à bassin d’extérieur pour oxigêner. Elle se déclanche toutes les heures et brasse tout.

    Voire j’aimerai savoir quelle peuvent etre mes alternatives face à ce problème.

    Merci, manu

    Réponse
    • Greg

      Bonjour Manu,
      Félicitations pour tes expériences.
      La mousse sur tes billes d’argiles, c’est assez facile à régler. Il te faut soit rajouter des billes, soit diminuer le niveau d’eau de ton bac, leur surface doit rester sèche, ce qui règle le problème instantanément.
      Tu as plusieurs pompes, ca complique inutilement. Tes pompes devraient te durer au moins 5 ans!
      Je crois que le problème de base est ton siphon avec son débit trop faible.
      Sans trop racheter de matériel, je te propose la solution suivante (ce serait plus facile si tu donnais les débits et volume de bac de culture) :
      Augmente le diamètre de ton passe-paroi de bac de culture et mets juste un tuyau de trop-plein, sans la cloche du siphon. Utilises ta pompe de bassin en continu en pompe principale. Les marées peuvent être supprimées si tu as une oxygénation suffisante…
      Greg

      Réponse
      • Manu

        Merci greg, j’etais assez attaché à l’autosyphon mais bon… Ta solution me semble convainquante. Je vais regler un trop plein et vu le debit de ma pompe par rapport à la taille du systhème, l’eau sera fortement brassée et je ne manquerai pas d’oxygène.

        Je règlerai le trop plein assez bas ce qui me permettra de garder les bille du haut au sec.

        Super site, merci pour tes conseilles

        Réponse
        • Greg

          Merci Manu,
          On attend des nouvelles de tes réussites avec impatience!
          A bientôt
          Greg

          Réponse
  16. jonathan

    Bonjour à tous,
    Bravo pour ce site, il est très clair. Je travailles actuellement sur le projet de “dévaser” un lac de 35Ha, les coûts sont très élevés pour réaliser cette opération. Je cherche donc une solution alternative pour réduire le taux de vase (énorme) afin que le lac ne devienne pas un marécage. Il y a énormément de poissons. Un système aquaponique adapté (radeau) pourrait être une solution viable, pour recréer un équilibre. Ma question est: le système siphon/pompe est-il necessaire sur un lac? ne vaut-il pas mieux simplement, via une grille fine, laisser l’eau pénétrer le bac de culture, lui-même installé sur le radeau, avec un écart de hauteur de 3 cm afin de garantir qu’il n’y ai pas d’inondation? Merci pour vos remarques/réponses.

    Réponse
    • Greg

      Bonjour Jonathan,
      Vu les volumes d’eau en jeu, oubliez le pompage !! A votre place, je m’inspirerai de ce qui a été réalisé par la société Aquabiofilter. Il s’agirait de récréer directement des radeaux à la surface de l’eau comme présenté dans cet article. Vous pouvez ajouter un complément d’oxygénation pour accélérer le processus avec des aérateurs de surface.
      Cordialement,
      Greg

      Réponse
  17. coincoinhe

    Bonjour, je m’étais mis à l’aquaponie il y a deux ans avec succès, mais j’ai abandonné estimant que je consommais trop d’électricité avec ma lampe UV et que la nourriture produite était impropre à la consommation car le syphon cloche était en polypropylène de BTP, soit pas très stable. J’ai lu vos conseils sur les bacs de culture, la qualité du polypropylène proposé semble satisfaisante.Dans l’optique de concevoir un système “saint”, puis-je avoir le choix lorsque je vais choisir le tuyau qui va aller de ma pompe au bac de culture ? J’aimerais trouver un tuyau en PP 5, est-ce possible ? Je crois énormément en l’aquaponie mais je pense qu’il faut concevoir des systèmes exempts de tout reproche en matière de pollution ou de risque sanitaire, d’où mes interrogations. Merci

    Réponse
    • Greg

      Bonjour coincoinhe,
      Complètement d’accord sur l’attention à porter aux matériaux.
      Je pense que tu confonds polypropylène (PP, bon pour contact alimentaire) avec PVC (bâtiment, utilisé pour l’évacuation eaux usées, probablement toxique).
      On peut trouver des tuyaux en PP ou PE, principalement dans l’irrigation agricole. Problème, les raccords sont énormes et coûteux, car on ne peut coller ces plastiques correctement.
      Le PVC-U c’est-à-dire PVC dit “pression” est agréé pour les installation d’eau potable, et les raccords sont abondants et collables ce qui facilite bien la vie…
      Ta lampe UV, tu peux t’en servir pour bronzer 😉 J’en déconseille l’utilisation, c’est plutôt néfaste à mon sens.
      Je parle un peu des matériaux que je recommande d’utiliser ici : https://aquaponie.net/tout-simplement-les-bassins-a-poissons-bacs-de-culture/
      Cordialement,
      Greg

      Réponse
  18. Jeanne

    Bonjour,

    J’aimerai savoir si un cycle de l’eau excessif peu nuire à l’absorption des nutriments ou autre. Vous parlez dans cet article d’un minimum de 1 cycle par heure nécessaire pour éviter l’accumulation d’ammoniac dans le bac des poissons. Dans mon système, en calculant, ma pompe impose un peu plus de 3,5 cycle par heure. Est-ce que cela ne peut pas être pénalisant?

    Merci
    Jeanne

    Réponse
    • Greg

      Bonjour Jeanne,
      Cycler trop fréquemment ne pose pas de problèmes particuliers.
      Attention tout de même : si vos poissons sont des poissons d’étang, il n’apprécient pas trop de se faire balotter comme s’ils étaient en rivière , cela peut être un facteur de stress pour eux.
      Enfin, c’est une consommation d’énergie inutile, mais vou n’aurez pas besoin de changer de pompe lorsque vous agrandirez !

      Cordialement,
      Greg

      Réponse
  19. Christine Valat

    Merci pour ces articles super intéressants et formateurs…je suis en train de travailler mon conjoint pour qu’il se décide enfin à démarrer l’aquaponie…il me reste une interrogation de taille pour arriver à le convaincre…l’alimentation de la pompe…normalement comme toute pompe il faut de l’électricité pour cela…mais…ne pourrait on pas produire sa propre électricité avec des panneaux solaires…et où ou comment pourrais je m’en procurer ??? Merci d’avance de me renseigner.

    Réponse
  20. Cmoa

    Bonjour à tous,
    Merci pour tout ce travail partagé. Pour ma part je me suis lancé cette année avec un peu de retard mon système est fonctionnel sur le plan hydraulique et les plantes poussent plutôt bien mais j’ai un problème avec les poissons.

    J’ai mis des truites et j’ai déjà perdu mon premier lot de 2 kg après 3 semaines (les truites sont mortes en 48 heures). Selon le pisciculteur, avec le début des chaleur la température est montée et il n’y avait plus assez d’oxygène pour les poissons. Il pensait que cela allait “se réguler tout seul” avec la perte des premiers poissons mais finalement ils sont tous morts.

    J’ai installé un bulleur en me disant que cela devrait résoudre mon problème et j’ai mis un second lot de poissons. Là c’est aller encore plus vite, les premiers signent “de fatigue” sont survenus au bout d’une semaine. Du coup, je me suis empressé à remplacer l’eau en me disant qu’elle était peut être trop chaude mais rien n’y fait, J’ai encore perdu 2 truites en 24 heures.

    Du coup, je me dis qu’il s’agit peut être d’un problème de parasite plutôt (Ichtyose ??) que je devrais traiter mon eau (qui est plutôt trouble d’ailleurs). Il semble qu’un dispositif UV soit le plus adapté mais du coup, est-ce que ça va détruire aussi les bactéries nitrifiantes ?? Ce serait balo…

    Je vous remercie par avance pour votre aide,

    Sincères salutations,

    Ludovic

    Réponse
  21. thierry

    bonjour
    bravo pour vos recherches et vos conseils
    tout nouveau dans l’aquaponie mais j’ai bien fouillé partout
    mon système une cuve ibc coupée 600/300
    15 poissons rouges et carpes pour l’instant
    un siphon cloche
    une pompe 20 watt 3600 l/h
    relevage 1m10
    un programmateur mécanique
    voila mon soucis ,la pompe est déclenchée par le programmateur tout les 3/4 d’heure mais elle reste en fonctionnement pendant un 1/4 d’heure du coup le siphon cloche qui fonctionne bien a l’ouverture ne se ferme que quand la pompe est coupée par le programmateur ,soit 15 mn après est ce grave docteur ?
    j’ai bien chercher d’autres programmateurs tous les mécaniques on un pas de 15 mn et les numériques n’on seulement que 10 ou 20 programmes journaliers ce qui n’est pas assez si on veut faire de 3 a 4 marées en une heure
    y a t’il un moyen autre que des appareil très chers ne peut on pas obliger le siphon a se fermer du coup on pourrais laisser la pompe en continu
    voila je tourne en rond
    merci d’avance
    thierry

    Réponse
  22. Le Viol

    Est il important que la pompe fonctionne la nuit? Je pensais mettre une pompe solaire.

    Réponse
  23. G. Pellissier

    Bonjour. J’ai découvert votre passionnant blog durant mes recherches sur l’aquaponie.

    J’habite en Guadeloupe où j’ai une piscine (piscine Desjoyaux Click-it semi enterrée de forme ovale de 6,9mx3,4m max, profondeur max 1,5m, soit #25m3) et constatant que :
    1/ je ne m’en servais quasiment jamais,
    2/ je passais plus de temps à l’entretenir qu’à aller dedans,
    3/ cela a un coup non négligeable (électricité, produits pH et Chlore),
    4/ le liner commençait à perdre de l’eau,
    je suis parti sur l’idée de la transformer en bassin d’agrément après avoir coupé la piscine en hauteur (en gros la hauteur des parois qui dépassent du sol), après quoi je recouvrirai le tout d’un géotextile, du vieux liner (à titre de renfort supplémentaire), puis d’une bâche EPDM et j’y sèmerai des plantes aquatiques.

    Puis au fil de mes réflexions, j’en suis venu à l’idée d’y faire de l’aquaponie.
    L’idée est d’installer, en périphérie du bassin, une tranchée (50cm de large? profondeur 30cm?) contenant de la pouzzolane (il y a un volcan en Guadeloupe…) et d’y faire pousser mes légumes/ mes fruits. Cette tranchée serait légèrement surélevée par rapport aux bords du bassin, avec une légère pente pour qu’à son extrémité, il y ait une petite cascade qui retombe dans le bassin. L’étanchéité de la tranchée étant assurée par la bâche EPDM débordant du bassin jusqu’à la périphérie externe de ces tranchées.

    Sauf que, si je retiens une profondeur de bassin de 50cm, cela me fait quand même 11M3 à relever chaque heure ! Cela me parait délirant comme volume à relever chaque 24h, voire chaque 12h. Qu’en pensez-vous?
    Quelle largeur/hauteur me conseillez-vous pour les tranchées de culture (la périphérie de la piscine est de 17m)?
    Quelle profondeur maxi me conseillez-vous pour le bassin?
    Que pensez-vous de l’idée de découper le liner pour ne garder que la forme du fond et de le poser ainsi sur la bâche de telle sorte que le fond soit moins foncé et ainsi réduire la température due au soleil par rapport à un fond noir?

    (Pour le confort des poissons je prévois aussi qu’une fraction de la surface du bassin soit sous l’ombre d’un deck que je vais faire passer au dessus).

    Merci

    Réponse
    • G. PELLISSIER

      Petite erreur de frappe dans mon message précédent lire “11M3 à relever au total” au lieu de “11M3 à relever chaque heure”. Merci

      Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. Tout simplement : les bassins à poissons et bacs de culture - […] Le prochain article traitera du choix de la pompe à eau à adapter au système. […]

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

21 Mar, 2014

pompe-aquaponie

L'article précédent vous a aidé à trouver vos bacs à poisson et de culture, dans des matériaux qui vous conviennent.

Vous allez maintenant pouvoir réfléchir à comment les disposer entre eux pour qu'ils soient calés de manière robuste et fiable. Vous avez probablement déjà lu cet article sur les différentes architectures de système d'aquaponie possibles. Avec la volonté de commencer simpe avec un jardin d'herbes aromatiques, on partira probablement sur le système le plus simple.

J'en profite pour vous rappeler les nécessités en terme d'ensoleillement :

  • le(s) bac(s) de culture doivent avoir une exposition maximale à la lumière (mini 6 heures de soleil direct par jour en été)
  • le bassin à poisson doit être à l'abri du soleil direct. Les poissons se sentent ainsi caché et sont moins stressés. Par ailleurs il faut éviter d'exposer l'eau riche du système à la lumière du soleil sous peine de prolifération d'algues.

Le rôle de la pompe

A partir de là, nous sommes prêts pour effectuer le choix de la pompe qui, en faisant cycler l'eau, donnera vie à notre système. La pompe a plusieurs fonctions :

  • renouveler l'eau du bac des poissons pour éviter que l'ammoniac qu'ils excrètent s'y concentre
  • distribuer l'eau chargée de nutriments vers les plantes
  • en brassant l'eau, distribuer l'oxygène de l'air à travers tout le système
  • faira faire un peu de sport à vos poissons : un léger courant les forcera à nager un peu, ce qui est bon pour eux!

Le critère prépondérant est le premier. On a besoin de renouveller complètement l'eau du bassin à poisson une fois par heure au minimum, plutôt deux si la densité de poisson est importante.

Les caractéristiques de la pompe

Les pompes sont souvent identifiées par leur débit maximum. Ce débit est relativement loin de la réalité de l'utilisation.

La hauteur de relevage

Plus il faut relever l'eau en hauteur, plus le débit diminue, jusqu'à une certaine hauteur ou la pompe "n'étale plus". Il vous faut donc identifier la hauteur de relevage nécessaire dans votre configuration. Elle correspond à la hauteur de colonne d'eau à remonter, on part donc de la surface du bassin, tel qu'identifié ci-dessous.

systeme-aquaponie-maree-simple-annote

Le débit à une hauteur donnée

Ensuite, il nous faut identifier le débit nécessaire, pour respecter le critère de renouvellement d'eau identifié plus haut. Je vous ai préparé un petit outil à télécharger ici qui vous permettra facilement de calculer le volume de vos bacs et bassin, et le débit nécessaire dans votre configuration.

Chaque pompe vient avec sa courbe de performance qui a l'allure de la photo ci-dessous.

courbe-debit-hauteur-pompe-aquaponie

 

Si on a par exemple une hauteur de 1,5 m à remonter, le débit réel de la pompeayant la courbe en vert ci-contre, nommée "8500" (pour 8500 litres par heure) n'est déjà plus que de 6m3/h soit 6000l/h.

 

 

 

Enfin, tout ceci ne se passe pas dans un monde merveilleux sans frottements… La longueur de tuyau, mais surtout les différents coudes occasionnent des résistances supplémentaires à prendre en compte. Les calcul sont compliqués, on ne va pas partir là-dedans.

Donc faites un circuit simple, minimisant les coudes, vous aurez un meilleur débit. Et si vous hésitez entre deux pompes, prenez la plus grosse des deux. Avec les succès, vous aurez surement envie d'agrandir le système en rajoutant un bac de culture et en augmentant la densité des poissons. Le débit suplémentaire sera bienvenu à ce moment là !

 

Si vous ne savez pas où acheter, je ne fais pas de pub ici, mais allez voir  l'animalerie la plus proche au rayon aquarium ou bassins extérieurs. Sinon sur le net c'est assez facile de trouver une "pompe d'aquarium' ou "pompe de bassin", c'est petit et léger, facile à livrer !

J'espère que cet article vous aura aidé à faire votre choix et avancer votre projet. Le printemps est là, la nature se réveille, c'est le moment…

A ceux qui souhaitaient se lancer ce printemps, faites nous part de vos avancées !  Partagez vos réussites et difficultés , ou demandez de l'aide ci-dessous!

A bientôt

Articles complémentaires

Pin It on Pinterest

Share This
X