3 étapes pour convertir un bassin en aquaponie

25 Commentaires

  1. Phil, maison paille

    Salut Greg,

    Tiens tu me donnes des idées… Tu penses qu’une pompe qui fonctionne uniquement au fil du soleil serait suffisant pour faire pousser des plantes ? Ou alors elles manqueront de nutriments, aération ?

    Réponse
  2. Phil, maison paille

    PS : je m’auto-complète : les deux bassins, sont alimentés en continu par une source…

    Réponse
    • Greg

      Salut Philippe,
      Solaire ou pas, ça ne change rien, il s’agit de dimensionner tout ça en fonction des volumes en présence…
      Dans ton cas, avec l’alimentation en continu par une source, il y a des chances que l’oxygénation soit suffisante. Mais tu n’es plus en circuit fermé… du coup tu n’accumules plus de nutriments, et il est fort probables que les plantes poussent mal par manque de nutriments.
      A bientôt !

      Réponse
      • Phil, maison paille

        Bah oui bien sûr ! Bon je passe à l’idée suivante ! 😉

        Réponse
        • Phil, maison paille

          Et merci pour ta réponse.

          Réponse
          • Greg

            Avec plaisir! 😉

  3. gervois

    Bonjour. Je m’intéresse beaucoup à l’aquaponie, je suis en train d’installer mon premier système, mais je me pose une question essentielle : les légumes qu’on trouve dans le commerce ont de fortes carences en nutriments (sels minéraux, vitamines et métaux) l’aquaponie ne risque t-elle pas d’aggraver cela? L’eau est moins minéralisée que la terre et les poissons par leur déjections n’apportent que des éléments nitrés. N’y a t-il pas lieu de compenser cette carence par des apports aux légumes(qui ne seraient pas nocifs pour les poissons). Des études ont elles été faites sur ce sujet? Cordialement. Allan

    Réponse
    • zorax

      J’ai les mêmes interrogations que toi. A part l’apport azoté fourni par les poissons, quid du phosphore,du potassium et des oligo-éléments nécessaires aux plantes ? La littérature est muette à ce sujet et quand on voit les résultats des cultures en aquaponie, je me dis qu’il y a certainement des éléments rajoutés.

      Réponse
      • Greg

        Bonjour Zorax,
        Il y a mal compréhension là…. On parle beaucoup de l’azote en aquaponie car sous certaines formes il est nocif pour les poissons, mais ce n’est pas du tout l’unique apport ! Les poissons, si on leur apporte une nourriture de qualité, mangent et défèquent tous les minéraux dont tu parles. En terme de proportions cependant, il peut y avoir certaines divergences entre les plantes et les poissons.
        On va donc couramment supplémenter trois minéraux essentiels pour les plantes : le calcium, le potassium, et le fer. Sous quelle forme et combien ? Cela fera l’objet d’un autre article !

        Réponse
    • Greg

      Bonjour Allan,
      Les sels minéraux, (qui comprennent les oligo-éléments et métaux) sont en quantités équilibrées dans un système d’aquaponie bien géré. Les plantes correctement nourries peuvent alors fabriquer elles-même leurs vitamines et seront à leur tour une nourriture riche pour nous.
      Les plantes n’absorbent pas directement les minéraux de la terre, elles ont besoin qu’ils soient dissout dans l’eau pour ça. C’est exactement ce qui se passe dans un système d’aquaponie, et qui facilite beaucoup la vie aux plantes.C’est notamment pour ça qu’elles poussent si bien.
      Pour les carences, voir mon commentaire ci-dessous.
      Cordialement, Greg

      Réponse
  4. Reto Schatz

    Bonjour, qu’en est-il des saisons? J’habite la Siberie de la Suisse, donc nous connaissons des températures … glaciales.
    Un système merveilleux mais pour climats tempérés?
    Cordialement. Reto

    Réponse
    • Greg

      Bonjour Reto,
      Par le design, en étudiant soigneusement le contexte, et en adaptant ses productions on peut tout à fait produire en “Sibérie suisse” il me semble. J’ai récemment rencontré quelqu’un qui produit une partie de l’année en aquaponie en Alaska…

      Réponse
  5. mathieu

    salut greg j’ai un système d’aquaponie tout ce qui a de plus classique un bassin a poisson avec des carpes et des poissons chat parce que chez moi il fait trop chaud pour les truites ,un bac de legumes ,une pompe mais rien ne pousse les plantes ne se développe pas, j’ai commencer il y a trois mois et rien !!! si tu as une idée ,?? une idée ,si tu veut venir passer un week end dans le LOT 46 j’ai un gite que je te réserverais avec plaisir comme ca tu verra en direct .

    Réponse
    • Greg

      Salut Mathieu,
      Un système d’aquaponie classique ? C’est quoi ça ? 😉
      Tu ne donnes aucune caractéristique de ton système ni des symptômes réels sur tes plantes. Du coup, c’est il m’est vraiment impossible de t’en dire plus.
      Merci pour ta proposition de gîte, je ne connais pas bien le Lot et y ferais volontiers un tour si j’avais le temps…
      Tu peux être plus spécifique ? Volumes, analyses d’eau qté de poissons, symptômes des plantes…
      Cordialement,

      Greg

      Réponse
  6. OLivier

    Bonjour. C’est une excellente idée en effet. Par contre, comment se prémunir contre la montée de la température de l’eau? Surtout en cette période de forte chaleur (j’habite pas loin de Grenoble)? Ma première expérience d’aquaponie que je décris ici http://aquaponieauxgroureux.blogspot.fr , a été un échec parce que la température de l’eau du bac est montée et les truites ne l’ont pas supporté. D’une manière générale, et sachant que le bac et “l’aquarium” sont à l’extérieur, avez-vous une méthode pour faire refroidir l’eau? J’ai bien compris la fragilité de la truite, mais il y en a dans la rivière qui passe devant chez moi (où bien sur l’eau n’est pas en circuit fermé). Est-il envisageable de “jeter” une partie de l’eau de l’aquarium, pour la remplacer par de l’eau fraiche? Merci et bonne journée!

    Réponse
    • Greg

      Bonjour Olivier,
      Félicitations pou ton installation ! J’ai jeté un coup d’oeil sur ton blog. Ça promet!
      Ta première expérience a raté: ça peut être la température (23°C c’est vraiment la limite haute, et ça dépend des souches de poissons). Mais il peut y avoir aussi un souci d’oxygénation, elle doit être forte à cette température. De toutes façons, la phase d’introduction des poissons est délicate. Entre le stress du transport, le changement de température, de pH et d’oxygénation, les poissons sont mis à rude épreuve ! Du coup un transfert en juin en pleines chaleur est risqué!
      J’ai pu maintenir des truites en bonne santé dans une eau à 23°C pendant quelques jours sans problèmes. Il ne faut pas que ça dure trop, et que les changements soient progressifs. Tu devrais réessayer en septembre une fois que le coup de chaud est passé, ou opter pour des perches, des carpes….
      Donnes-nous des nouvelles!
      Cordialement,
      Greg

      Réponse
  7. zorax

    Merci Greg,
    Effectivement ton article sur les apports complémentaires sera très intéressant.
    Evidemment l’idéal serait que tout cela soit bio.
    Bravo pour ton travail.

    Réponse
  8. Chrisfara

    Bonjour j’ai un bassin existant depuis nombre d’années. Après filtrage(Anti UV et mousse) l’eau revient dans le bassin par une cascade. Puis-je installer mon bac de culture après entre les filtres et la cascade ? Je crains que sinon les algues ne colmatent mon bac. Merci d’avance pour ta réponse…avisée.

    Réponse
  9. Aureck

    bonsoir
    Peut on utiliser cette méthode avec un aquarium ? Je possède un bac de 800 litres avec des poissons exotiques. cela pourrait il fonctionner ? Une sorte de bac de décantation supplémentaire pour discus utile aux poissons et a nos estomacs ?

    Réponse
  10. Benjamin

    Bonjour,
    Et si le bassin en question n’est pas un bassin koi, mais une piscine naturelle? 🙂
    En fait je pose ma problématique ici, mais c’était pour éviter d’envoyer un mail, comme proposé… Je suis en train de construire une piscine naturelle. A moitié remplie, système de filtration pas encore en place… me voilà avec une eau qui verdit! Il va donc falloir que je débarrasse cette eau de ses phosphates avec une opération commando au démarrage. Deux solutions “industrielles” : le liquide anti-phosphate et le filtre à phosphate type Phospat de Sibo. Mais j’aimerais tellement trouver une solution naturelle! Peut-être faire un bac de culture provisoire? pensez-vous que cela fonctionnerait? Merci d’avance de votre avis!

    Réponse
  11. Pierre

    Bonjour,

    Tout d’abord merci pour tout vos articles, ils sont très bien faits et très enrichissants.

    Je suis actuellement en pleine réflexion pour monter un système de potager aquaponique pour accompagner mon bassin de poissons rouges et je réfléchis aux différentes possibilités.
    J’imagine, dans un second temps (le premier étant la réalisation du système qui attend lui même la finalisation de la terrasse !)

    Peut on envisager d’avoir un petit bac pour des écrevisses entre les bacs de culture et celui des poissons, avec un trop plein qui deborderait vers les poissons?

    Autre question, on peut voir certains systèmes avec des filtres en plus du substrat (ex filtre a tourbillon). Quelle est la valeur ajoutée ?

    D’avance, merci

    Pierre

    Réponse
  12. Isa

    Bonjour, merci pour tous ces renseignements.
    Déja adepte de la permaculture légumes et fruits, nous avons également un petit bassin de carpes koï.
    L’idée de l’aquaponie nous plaît, mais un doute persiste… Actuellement les Koï sont dans un bassin à l’extérieur sur notre terrasse ombragé l’été. Elles ont une pompe avec filtre pour justement “aider au nettoyage” de leurs déjections et un tuyau en fontaine pour l’oxygénation.
    Seulement l’hiver on enlève tout ça pour éviter que la pompe gèle, et on leurs met un système de chauffage quelques heures par jour et nuit plus un bulleur. et on ne les nourris quasi plus car conseillé par plusieurs professionnels.

    Question:
    >>Est-il réellement possible de faire de l’aquaponie à l’extérieur (nous ne possédons pas de serre), sachant que nous vivons entre limoges et brive (de -5° à 34 en extérieur)
    >>Si oui, que faire pour la pompe?
    >>Pour les poissons?

    En vous remerciant pour vos conseils!

    Réponse
  13. pierre

    Bonjour Greg,

    Cela fait un moment que je réfléchis à transforme mon petit bassin en système aquaponique. Mon seul frein pour l’instant et la construction de la terrasse sur laquelle je souhaite installer les bacs de culture…

    En tout cas cela m’a donné tout le loisir de réfléchir à mon systeme et j’ai visité ton site à plusieurs reprises il est très enrichissant : merci de partager à ton travail.
    Mon bassin est maçonné type ancien lavoir, il fait environ 2000l mais est très peu utilise profond env. 35cm ce qui n’empêche pas les poissons de sembler heureux car il se reproduisent bien. Par ailleurs il les ne sont pas nombreux : une quinzaine de PR de 7 à 13cm environ + vingtaine de petits carrassins qui commencent à prendre leur couleur. Je les nourris tres peu car nombres de bebetes se plaisent a le faire a ma place. J’en avais d’autres mais j’habite en bordure de ruisseau ce qui ramène des hérons et Martins pêcheurs ! J’envisage de couvrir ce bassin d’une pergola avec plante grimpante pour le protéger du soleil et des prédateurs.

    J’ai néanmoins quelques interrogations :
    – je pense mettre en place 2 bacs pour commencer à partir de cuve ibc soit environ 2×250/300l : devrais-je augmenter la population ?
    – le bassin est au point le plus bas car sous la terrasse qui accueillera les bacs d’environ 3m. J’ai prévu de redimmensionner la pompe mais ce qui me fait peur c’est de vider 500l sur un volume de 2000l (je ne peux pas mettre de puisard plus bas que le bassin… A moins de pomper le ruisseau ce qui est probablement interdit !). Existe t’il des solutions pour réguler ce problème? Je pensais à décaler en phase les vidanges des 2 bacs par gestion du débit et limiter la baisse de niveau du bassin à 250l.
    – j’ai pu voir que certaines installations ont un filtre à tourbillon, il y a t’il une utilité à ça sachant que le substrat est sensé faire ce filtre ?

    Réponse
    • Pierre

      Bon j’avais oublié que j’avais déjà fait un commentaire il y a 2 mois… Ce dernier est plus complet!
      Merci d’avance pour ta réponse.

      Réponse
    • Gregory BITON

      Bonjour Pierre,

      Joli projet !
      Tu peux tout à fait ajouter deux bacs en bille d’argile. Avant d’augmenter la quantité de poissons, tu pourras progressivement augmenter le nourrissage grâce à cette biofiltration supplémentaire.
      Ce qui devrait faciliter encore tes reproductions.
      Pour régler ton problème de vidange, tu peux…oublier les marées ! Sur mon installation domestique, j’ai fonctionné avec des bacs de billes d’argile à niveau constant pendant plusieurs années avec pas mal de succès.Il suffit de maintenir le niveau suffisamment bas pour garder la surface du substrat sèche, et d’ajuster le débit pour un renouvellement d’eau une fois par heure environ.
      Quant à la filtration, tout est une question de doses d’aliment à digérer par le système… D’après ta description, je commencerai sans et ferai monter en charge (d’aliment distribué) progressivement.
      Bien cordialement,

      Greg

      Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. Aquaponie bassin potager pour permaculture & aquaculture - […] D’autre en parle… […]

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 Juil, 2015

Un certain nombre d’entre vous se posent la question de convertir leur  bassin de jardin hébergeant des carpes koi ou des poisson rouges en un système d’aquaponie. C’est en fait assez facile, car la biologie nécessaire au développement d’un système d’aquaponie est déjà présente. Cela peut se faire en trois étapes simples.

Réduire la production de plantes du bassin

On souhaite faire pousser des plantes comestibles, il faut pour ça réduire la concurrence des plantes aquatiques déjà présentes dans le bassin. Une eau riche en nutriment exposée à la lumière sera un milieu idéal pour les végétaux les mieux adaptés à cet environnement : des algues ou des plantes aquatiques.

Ombrager le bassin

Le meilleur moyen d’empêcher la croissance des plantes du bassin est de les priver de la lumière du soleil.

On peut fabriquer une ombrière à partir de végétaux comme  des bambous ou branches de saules. Cette ombrière peut être complètement opaque, ou constituée d’une simple structure recouverte d’un filet sur laquelle on fera grimper une jolie liane persistante plantée dans le sol autour du bassin. On peut penser au jasmin, ou à la clématite…mais aussi pourquoi pas une grimpante comestible comme le kiwi ?

Retirer les plantes aquatiques

Si le bassin est très végétalisé, il va falloir retirer une bonne partie des plantes. On peut évacuer également l’excédent de feuilles mortes ou de débris végétaux. Cela fera un très bon compost pour le reste du jardin. Il faut cependant laisser une couche de vase au fond, elle est  bénéfique et riche en nutriments.

Ajouter un bac de culture

Séparer la zone de potager des poissons

Quelle que soit la technique retenue (substrat ou radeau), il est préférable de laisser les plantes dans un système séparé. En effet, il peut être tentant de poser des radeaux directement à la surface de l’eau. Le risque est grand que les plantes ne se fassent trop grignoter les racines par les poissons. Il est donc préférable de poser un bac de culture en dehors du bassin. Vous pouvez voir ici les solutions pour en fabriquer un !

Installer les plantes au soleil

Le bac de culture doit être installé au soleil pour une bonne croissance des plantes. La distance entre le bassin et le bac de culture peut être assez grande, tant que le dénivelé n’est pas trop important. En effet il va falloir faire circuler l’eau entre les deux, comme sur le schéma ci-dessous présentant un système d’aquaponie simple. On pourra enterrer les tuyaux entre les deux pour l’esthétique.

Faire circuler l’eau riche

Une circulation d’eau pour l’oxygéner

Le facteur limitant pour la production végétale d’un bassin est souvent la disponibilité en oxygène dissout. Ceci est particulièrement vrai pour les plantes terrestres que vous voudrez faire pousser. Afin d’oxygéner l’eau du bac de culture, il va falloir ensuite tout simplement faire circuler l’eau. Ajoutez une pompe dans le bassin, de sorte qu’elle puisse renouveler l’eau du bac de culture une à deux fois par heure. Vous trouverez ici de quoi faire le choix de votre pompe.

Continuer l’apport de nutriment

Les poissons sont déjà installés depuis un moment. Du coup, l’eau du bassin est déjà riche en bactéries nitrificatrices. Elles trouveront rapidement le chemin du bac de culture, l’étape de cyclage n’a plus lieu d’être.

Vous pouvez directement planter dans votre bac de culture. Afin de garder un apport constant en nutriment pour les plantes, nourrissez vos poissons! L’apport en biofiltration supplémentaire effectué par le bac de culture  va améliorer la qualité de l’eau pour vos poissons qui ne s’en porteront que mieux!

 

Avez vous un bassin ? Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez le autour de vous!

N’hésitez pas à poser vos questions complémentaires en commentaire ci-dessous…

 

Articles complémentaires

Pin It on Pinterest

Share This
X