vue-general-aquaponie-MAM
Après une présentation plutôt générale du système d’aquaponie présenté dans cet article, je souhaitais vous en dire un petit peu plus dans les détails de sa conception…

Un bassin existant

Nous sommes partis d’un bassin en béton existant dans ce petit jardin de pavillon.Le

Le bassin à poissons existant
bassin était à l’abandon depuis plusieurs années, mais ne fuyait pas, avec peu de variations dans son niveau d’eau. d’après les observations des voisins, les poissons rouges qui l’abitaient cherchaient l’air à la surface les jours d’été. Le bassin était passablement envasé, avec environ 20cm de vase au fond. Il a été procédé à son nettoyage (retrait de la majeure partie de la vase) afin de désengorger un peu le système. La vase a étée recyclée en épendage sur le jardin en couche mince, ce qui lui fera surement un amendement bénéfique. Lors de l’opération, on a dénombré 68 poissons rouges, de taille moyenne de 10cm environ. Nous avons pesé certains poissons et estimé leur poids à 30 grammes en moyenne. Nous avons estimé le volume d’eau à environ 1600 litres.

Lors de l’installation, l’eau était bien verte (algues), signe qu’elle était surement déjà riche en nutriments.

Les bacs de culture

Nous avons décidé de construire des bacs de culture en bois, étanchés par l’ajout d’une bâche de bassin en EPDM. Les parois des bacs ont été réalisées en contreplaqué extérieur (CTBX), et la structure en pin massif. La bâche a été pliée dans les coins et agraphée sur les longerons

Bac de culture en bois habillé d'une bâche équipé de son trop plein
massifs au dessus de la ligne d’eau. Nous avons ensuite monté le trop plein à l’aide d’un raccord passe paroi sur le fond du bac, à une extrémité.

Dans l’optique de cumuler les fonctions, les bacs de culture ont été réhaussés par rapport au sol (parpaing) de 40cm et disposés de manière à réaliser une barrière physique autour du bassin pour  la sécurité des enfants.

Afin d’avoir une quantité de biofiltration suffisante, j’ai choisi de réaliser trois bacs de 300 litres chacun environ, d’une profondeur de 20cm.

La plomberie et l’architecture du système

Il était impossible de creuser un puisard pour y mettre la pompe car nous étions sur une dalle béton. J’ai donc choisi de mettre la pompe dans le bassin. Le schéma général du système est donc celui-ci, le plus simple, que je vous avais présenté dan cet autre article sur l’architecture générale d’un système d’aquaponie. Contrairement à ce que j’indique dans mon schéma, J’ai également choisi de ne pas mettre de système de siphon faisant varier le niveau d’eau dans les bacs de culture, le substrat est donc constamment inondé. J’ai fait ce choix après diverses recherches et avoir testé sur mon propre système avec succès, pendant plusieurs mois d’affilée. L’oxygénation des racines des plantes est moindre, mais les variations de niveau dans le bassin à poissons auraient été trop importantes et excessivement stressantes pour eux.

La ligne d’amenée d’eau est en écoulement gravitaire et a été réalisée en tuyaux PVC pression (qualité alimentaire) de diamètre 32mm. L’amenée dans chaque bac est réalisée avec un T non collé, qui peut donc tourner afin d’ajuster facilement le débit dans chac bac, comme je le montrais au milieu de cet article sur la plomberie d’un système d’aquaponie. L’amenée d’eau est positionnée à une extrémité du bac, et le drainage à l’extrémité opposée.

Le circuit de drainage a été réalisé en diamètre 40mm (supérieur au réseau d’amenée) afin de minimiser les risque de débordement, en cas de colmatage partiel par le biofilm ou les éventuelles particules de terre de plants mal rincés. Des bouchons de visite on été disposés sur toutes les lignes droites, afin de faciliter le nettoyage ultérieur. Une maintenance annuelle est sûrement une bonne pratique pour la bonne santé du système dans le temps. Le retour dans le bassin se fait avec une petite cascade qui favorise la boinne oxygénation de l’eau.

oxygénation de l'eau au retour vers le bassin à poissons

Fabrication d’un filtre radial

Nous avons également réalisé un filtre radial afin de piéger les particules solides (excréments de poissons) avant qu’elles n’entrent dans les bacs de culture. Ceci évite le colmatage partiel du substrat, qui créerait des zones anaérobies indésirables.

Vue de dessus de filtre radial
En forcant l’eau à effectuer un parcours en “S”, le filtre radial précipite les solides dans le fond du filtre. Le filtre sera nettoyé environ une fois par semaine par purge à l’aide d’un petit robinet (environ 10 à 20 litre d’eau chargées seront retirées et recyclées dans le jardin en terre.

Je ferai prochainement un article sur les détails de la fabrication de ce filtre, qui est assez simple à construire et très utile dans un système d’aquaponie.

Dans le circuit d’amenée d’eau, le filtre est placé entre le bac à poisson et les bacs de culture.

La pompe

La pompe a été dimensionnée pour relever environ 2000 litres d’eau par heure à 70cm. Ce qui fait un renouvellemen de l’eau du bassin à poissons environ 1,3 fois par heure. Le corps de pompe est équipé d’une grille qui permet d’éviter que de grosse particules n’entre dans la pompe. La consommation est d’environ 40 Watts.

Les poissons et leur nourriture

Les poissons étaient déjà en place lors de l’installation du système. 68 poissons rouges de 30 grammes chacun environ. Soit à peu près 1,25 kg de poissons par mètre cube. C’est une densité faible pour un système d’aquaponie. J’ai observé de bonnes croissances de plantes dans mon système avec des densités similaires.

Les conditions étaient jusque là assez difficiles pour les poissons par manque d’oxygène et une nourriture assez déséquilibrée (reste de pain et de nourriture). Ils sont nourris à présent à raison de 1% de leur masse par jour, avec des granulés pour carpes à 45% de protéines. Cette nourriture équilibrée devrait leur profiter. Ils se sont très vite habitués et mangent déjà bien après quelques jours.

La chimie de l’eau

Prélèvement pour test d'eau d'aquaponie
Les tests chimiques sont basés sur des réactifs colorés. L’eau étant chargée en algues vertes, les mesures ont été perturbés. A noter, un pH de l’ordre de 7,4, qui devrait descendre un peu avec le temps.

 

L’eau de pluie comme complément

Lors du design en permaculture du jardin, de nombreuses citernes ont été prévues pour stocker les eaux de pluie des différents toits. Elle servira à complémenter l’eau du système pour compenser l’évaporation et l’absorption par les plantes.

Le substrat

J’ai choisi les billes d’argiles comme substrat car elles sont légères et douces au toucher pour les enfants.. Nous les avons rincées avant de les mettre dans les bacs de culture. Ce substrat est très léger, ce qui facilite également le nettoyage s’il doit avoir lieu. A noter, en l’absence de grosses fuites du système, nous avons constaté une baisse importante du niveau d’eau les premiers jours. Nous en avons conclu que les billes d’argiles absorbent beaucoup d’eau les premiers jours, environ un tiers de leur volume. C’est stabilisé depuis.

Les évolutions futures

Le filtre radial présentait des fuites à la mise en route, plus de débit d’eau que prévu ! Il sera rebati afin de laisser une colonne d’eau plus importante au dessus de la sortie.

Le bassin à poissons est exposé en pleine lumière à certaines heures de la journée, cela favorise les algues dans l’eau. Une structure d’ombrage sera construite, sur laquelle on fera pousser des plantes grimpantes.

Des vers de compost seront ajoutés au système au bout d’un certain temps. ils aideront à éliminer les résidus de racines mortes lorsque l’on retire un plant.

Quelques aménagements esthétiques sont prévus, et impliqueront les enfants de la MAM lors d’activités créatives…

La cascade de retour de l’eau vers le bassin à poisson sera surement améliorée afin de’oxygéner l’eau encore mieux.

 

 

Voilà pour une présentation plus détaillée de ce système d’aquaponie. J’espère que cela aura été utile pour vous si vous projetez d’en construire un vous-même. L’article sera mis à jour au fur et à mesure des avancées. Vous aurez ainsi un aperçu des évolution au fil du temps.

N’hésitez pas à me demander d’ouvrir un article pour votre propre système via le formulaire de contact en bas de la page “à propos” ! Ainsi, vous pourrez présenter votre système et bénéficier des conseils et des suggestions de la communauté d’Aquaponie.net via les commentaires ! Ensemble, nous pourrons développer des systèmes de production de nourriture saine et abondante pour chacun d’entre nous!

Photos par Fabien Gordon & Greg

 

 

Mise à jour du 17 mai 2014

Presque trois semaines après la mise en route, des détails de l’évolution du système

Les fuites

La première semaine a été un peu stressante, avec des baisses du niveau d’eau que nous n’expliquions pas. Notre première réflexion : les billes d’argiles boivent beaucoup d’eau. En effet, elles flottent à la mise en place, puis coulent au bout de quelques jours. Elles se chargent probablement en eau suffisament pour atteindre la densité qui les fait couler… Après avoir rajouté plusieur centaines de litres, nous avons exclu cette possibilité comme unique source des pertes en eau. Examen minutieux des raccords de plomberie… rien ! Il s’est en fait avéré que la cascade qui retourne l’eau des bacs de culture vers le bassin à poisson laissait passer de l’eau à la terre. Une petite mise en place de bâche sous les cailloux de la cascade a réglé le problème (mercoi Fabien!). Le niveau d’eau du système est aujourd’hui stabilisé.

Les poissons et leur bassin

Les poissons appréciaient déjà beaucoup l’apport supplémentaire en air dans l’eau, grace à la cascade et ce dès les premiers jours. Rappelez vous de la couleur de l’eau : vert fluo, et probablement peu d’oxygène dissout. L’apport en air et une alimentation équilibrée a carrément boosté les poissons rouge! D’après les gens sur place, ceux-ci sont en grande forme :

 “Ils se prennent presque pour des saumons et tentent de remonter la cascade !…”

L’eau du bassin a radicalement changé en qualité, à cpomparer avec l’état initial plus haut, jugez vous-même : limpide !

Eau du bassin à poisson limpide

Les plantes

Il faut un certain temps pour que les nutriment s’accumulent dans l’eau du système aquaponique, et que les plantents explosent réellement. Mais on observe déjà de jolies pousses, et elles paraissent en bonne santé. Les aromatiques s’installent doucement. La menthe sera à garder sous contrôle, car elle devient rapidement envahissante et extrêment productive en aquaponie.

Plantations dans le système aquaponique après trois semaines

Les épinards présentent également de nouvelles poussent et devraient également bien se plaire…

Nouvelles pousses d'épinard dans le système d'aquaponie.

Je vous tiendrai au courant des évolutions !

N’hésitez pas à commenter ou poser des questions ci-dessous. Et si ça vous plaît, partagez autour de vous et sur les réseaux sociaux !

Recevoir notre guide gratuit sur l'aquaponie

ainsi que les mises à jour du blog


Bienvenue, à bientôt dans votre boite mail.

Pin It on Pinterest

Share This