Gastronomie et aquaponie : un bel exemple

13 Commentaires

  1. Ben

    Moi j'aurais bien dégusté le plat perso !

    Nous sommes assez fan de restos, c'est vrai que c'est toujours sympa de découvrir une nouvelle cuisine ou de nouvelles saveurs grâce à des cuistos pros. L'ennui est que l'on sait très bien que la majorité (je dis bien la majortité) des restos servent des plats non bios, même si certains font des efforts sur le local. Alors des cuistos et restos éthiques, plutôt deux fois qu'une!

    Réponse
    • Greg

      Merci Ben, effectivement, ça fait envie…

      Réponse
  2. Martine

    Hello !

    Je suis plus intéressée par "des tutoriels pour apprendre à faire de l'aquaponie nous même", mais je dois dire que cette vidéo est très intéressante aussi. Donc les deux c'est bien.

    Je ferais confiance à un restaurateur servant des aliments produits en aquaponie… pourquois se donnerait il autant de mal et pour finir n'aurait pas un produit frais et valable au bout du compte ?

    Oui j'aurais bien gouté au plat qu'il a fait.

    Réponse
    • Greg

      Hello Martine, merci pour le retour. Je vais tenter de continuer à vous offrir les deux alors !

      Réponse
  3. Tony

    Très sympa cet article. J'espère qu'il donnera envie aux restaurateurs de se lancer dans l'aventure de l'aquaponie, ou se fournir auprès de producteurs proches de chez eux. Tout le monde a à y gagner. Des produits toujours frais, proches des consommateurs. Cela me semble être une solution d'avenir pour notre santé et celle de la planète.

    Réponse
    • Greg

      Complètement d’accord

      Réponse
  4. Lucien

    Salut,

    L'aquaponie est encore dans son premier pas pour nous, et si nous prenons habitude de publier une petite video comme celle-ci, je crois que nous arrivons à publier passion.

    Rien que pour admirer cette réussite.

     

    Réponse
  5. rolland

    pourquoi pas mais une chose me géné, un petit bémol  avant le plaisir visuel gustatif et autre . C'est les conditions de l'exploitation du vivant,? quand pensez vous.

    Réponse
    • Greg

      Salut Rolland,
      Les conditions de l’exploitation du vivant ? Tu peux être plus explicite stp ?
      Le fait de faire de l’agriculture ? Dans un système bien géré, je pense que le vivant y trouve son compte. Ca reste de l’artificialistaion du milieu, comme toute pratique agricole. Bien sûr, il y a des degrés…
      Dis nous en plus !

      Réponse
  6. Sankasssss

    Bonsoir,

    Merci pour l'article. Cela change effectivement de genre mais je pense que les deux ont leur place sur ton blog.

    C'est très intéressant de voir que même des chefs s'y mettent et je serais bien plus en confiance de savoir que mon poissons a été élevé dans des conditions saines et qu'il ne provient pas du chalutage en eau profonde ou d'une pisciculture de l'autre bout du monde élevé à l'huile de palm. De plus on est sûr de sa fraicheur et le plat proposé a l'air appétissant. Que du bonheur. 

    Réponse
  7. frederic ROLLAND

    Bonjour Greg

    Je vais essayer de définir mon sentiments sur les conditions d’élevage, en prenant comme exemple le végétal, qui si nous sommes d’accord est du vivant
    Nous reconnaissons, pour qu’une plante soit en bonne santé’ il existe une multitude de paramètres, mais que le soleil, l’eau, la température, et de la nourriture suffisent à faire de l’agriculture a petite et grande échelle. Mais quand on creuse un peu (surtout pour une plante) on découvre des tas d’autres paramètres qui étaient classés dans des domaines dits secondaires et qui se révèlent être primordiaux pour son bien être, sa santé et par réaction la notre. Donc revenons a nos moutons qui sont des poissons et essayons juste d’ouvrir une zone de réflexion sur ce ou ces paramètres.

    Frédéric

    Réponse
    • Greg

      Si tu as des suggestion pour découvrir ce paramètres, elles sont bienvenues.
      Je te suis et suis à peu près sûr que la truite sauvage est meilleure que celle issue de mon système d’aquaponie…
      Malheureusement, on a déjà largement surpêché le milieu naturel. Les trois quart du poisson consommé au monde provient de l’élevage (mer et rivières confondues).
      Si j’avais accès à la ressource nécessaire (principalement espace et eau), je ferais de l’aquaculture écologique…
      En attendant, j’essaie de faire du mieux possible avec les ressources disponibles.

      Réponse
  8. mad

    je précise quand même qu’il interdit d’élever des tilapias en france si ils sont destinés à la vente pour la consommation humaine

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

28 Mar, 2014

Gastronomie : Filet de Tilapia grille sur lit de salades et mini legumes aquaponiques

    Aquaponie rime résolument avec gastronomie. Les possibilités de productions organiques sans sol et efficacement sur des surfaces réduites  changent toute la donne. En effet, on peut alors imaginer des “fermes” aquaponiques en ville, au plus près des consommateurs.  Certains restaurateurs exigeants on fait le choix de la qualité en se procurant des produits ultra-frais auprès de producteurs en aquaponie de proximité.

Equitable et disponible

Débarassé des contraintes logistiques, un chef peut aller choisir sa marchandise quelques heures avant de la cuisiner. Sans transport ou emballage d’aucune sorte, sans intermédiaires, les travaux et dépenses d’énergie “inutiles” sont supprimés. Le restaurateur et le producteur sont gratifiés d’une juste rémunération. Le consommateur, lui, a accès à une nourriture organique et vivante à des tarifs raisonnables.

Tilapia eleve en aquaponie juste sorti de l'eau
Gastronomie : un impératif de produits frais

Rien qu’en permettant de produire abondamment et facilement des herbes aromatiques fraîches, l’aquaponie révolutionne la cuisine, on peut alors parler de gastronomie. Nos plats n’auraient-il pas meilleur goût si nous avions accès sans limites à du basillic, de la ciboulette, de l’aneth, de l’oseille, de la coriandre, du persil, du cerfeuil, de la citronelle, de la menthe, de l’origan,de la verveine, de l’estragon….

   Le poisson juste sorti de l’eau comme ci-contre est ferme et a une odeur fraîche. Les filets sont faciles à lever. Cuit à point, sa chair est moelleuse et fondante, les arrêtes sont facile à retirer.

Avec de tels produits, manger est un régal des sens. Il ne s’agit pas de manger du poisson “limite” à contrecoeur une fois de temps en temps parce que c’est bon pour notre corps…

          Le chef Adam Navidi va encore plus loin en produisant lui-même la nourriture qu’il cuisine en aquaponie. Je vous montre ici une vidéo tournée dans l’une de ses serres, ou il organise des repas de démonstration. Pas de traduction, c’est sans paroles, et les images parlent d’elles-mêmes.  Je vous conseille de visionner en plein écran…

Je crois qu’un jour les grands chefs seront connus non seulement pour les recettes et les méthodes avec lesquelles ils préparent leur nourriture, mais aussi pour les méthodes et recettes avec lesquelles ils font pousser leur nourriture…

Adam Navidi

 

    Faites nous part de vos commentaires, ça vous inspire ou non ? Etes-vous plus intéressés par ce genre d’articles vous montrant les possibilités de l’aquaponie ou par des tutoriels pour apprendre à faire de l’aquaponie vous même ? Les deux ?

Feriez vous confiance à un restaurateurs servant des aliments produits en aquaponie ? Et son plat, en image d’en-tête il vous fait envie ou pas ?

Les photos et la vidéo sont tirées de cette page

 

Articles complémentaires

Pin It on Pinterest

Share This
X